Monday, 27 February 2012

Viande : un arrière-goût de déforestation

A la veille du salon de l’agriculture, le WWF France sort un rapport intitulé « Viandes : un arrière goût de déforestation » qui dénonce la dépendance de la France aux importations de soja pour l’alimentation des volailles et du bétail et démontre que l’expansion de cette culture en Amérique du Sud dégrade les écosystèmes de ce continent.


> La culture de soja, cause de déforestation

En france, nous avons tendance à oublier (mais ne sommes-nous pas suffisamment informés ?) que le bétail est nourri avec de grandes quantités de matières premières issues de monocultures intensives qui participent à la déforestation.

Principalement destiné à nos élevages, le soja, issu de monoculture intensive en Amérique du sud, est aujourd'hui la matière première alimentaire la plus importée en France. Et la France est le 5ème importateur de soja sud-américain (3ème pour le seul Brésil).

Pourtant, le ministère de l’environnement a indiqué dans une étude de 2009 qu’il était possible de substituer près de 50 % du soja importé par des alternatives locales.

Et alors que 400 g de viande par semaine (soit quatre repas) sont suffisants pour un régime alimentaire équilibré en protéines, les Français consomment entre 800 et 1 200 grammes de viandes par semaine.

Raisonner sa consommation de viande en consommant moins et mieux aurait de forts impacts bénéfiques sur l’environnement. Cela permettrait de réduire les émissions de gaz à effets de serre déjà évoquées dans d’autres études, mais aussi d’atténuer l’empreinte de l’élevage en surface de terres notamment l’empreinte externalisée de la culture de soja.

Bonne lecture et bonne réflexion.

Cyril


-

No comments: