Monday, 25 April 2011

Effet de serre : on roule vers l’abîme et personne ne freine !

On me dit qu’il ne faut pas faire de catastrophisme. Ce serait démobilisateur. OK, mais a-t-on le droit de dire qu’on a l’impression d’être embarqués dans la voiture de James Dean dans « la fureur de vivre », avec cette différence que personne ne pourra sauter avant le grand plongeon si on ne freine pas très fort et très vite ?

Chacun réagit comme il l’entend aux données qui s’accumulent et qui disent toutes pratiquement la même chose. Non seulement nous émettons dans le monde plus de deux fois plus de CO2 que ce que la nature peut recycler. Non seulement ces excès d’émissions restent très longtemps dans l’atmosphère (environ un siècle pour le CO2) et s’y accumulent en provoquant, avec d’autres gaz, le réchauffement du climat. Non seulement les pays riches émettent selon les cas de 4 à 10 fois plus qu’ils ne devraient le faire pour qu’on en revienne à un équilibre peut-être gérable.


Non seulement les pays émergents nous suivent dans cette voie. Mais il y a pire : alors que tout cela est connu depuis des années, alors que le personnel politique et les entreprises n’ont que le « DD » à la bouche, la course à l’abîme se poursuit et parfois elle s’accélère.

Lisez l'article complet de Jean Gadrey accompagné de schémas représentant les courbes d'émissions de CO2 de 12 grands pays, c'est très « parlant » et instructif.

En conclusion : voilà, il faut diviser par plus de deux les émissions mondiales d’ici 2050 et par 4 à 10 celles des pays riches alors, après avoir vu ces courbes, êtes-vous optimiste sur la « croissance verte » ?

Au plaisir de vous lire.

Patrice


-

No comments: