Monday, 21 March 2011

Faut-il nous pousser du coude pour adopter un comportement plus écologique ?

Si près de 80 % des Français se déclarent prêt à consommer de façon « responsable » , dans les faits, ils sont seulement 20 % à être considéré comme des « consom'acteurs ». Ce grand écart entre notre attitude face aux enjeux environnementaux et notre comportement pourrait-il être réduit en utilisant des techniques issues des sciences comportementales ? C'est en tout cas ce qu'expérimentent plusieurs pays anglo-saxons et du nord de l'Europe. Avant de débarquer en France ?


Et si, sur votre prochaine facture d’électricité, en plus de la colonne de chiffres vous voyiez apparaître une petite face souriante lorsque votre consommation est considérée comme peu énergivore et que vous puissiez en plus la comparer à celle de vos voisins ? C’est ce qu’expérimente la société Opower aux Etats-Unis. Avec un certain succès puisque cela permet en moyenne de réduire de 2% la consommation d’électricité dans les quartiers concernés.

Cette initiative est ce que l’on appelle un « nudge », un mot anglais que l’on peut traduire par un « coup de pouce », et qui fait depuis quelques années figure de concept à la mode. Il a été théorisé par deux chercheurs américains, Richard Thaler et Cass Sustein, respectivement spécialiste en économie comportementale et directeur des affaires règlementaires au sein de l’administration Obama, qui ont sorti le livre « Nudge : improving decisions about health, welth and happiness » en 2008.

En clair, il s’agit de conduire l’individu –peu rationnel même quand il est informé- à faire des choix allant dans le sens de l’intérêt général en utilisant l’apport des sciences comportementales. Depuis la sortie du livre à succès, le concept a convaincu plusieurs gouvernements locaux et nationaux dans le monde anglo-saxon, particulièrement dans le domaine de la santé publique et de l’écologie.

La suite sur le site de Novethic.

Emmanuelle


-

No comments: