Monday, 14 February 2011

Quelle empreinte carbone d'un ordinateur ?

Après neuf mois de travail avec l’institut de recherche Bifa d’Ausbourg, Fujitsu vient de présenter l’empreinte carbone de son ordinateur de bureau Esprimo E9900.

Cette étude a été réalisée en respectant les standards internationaux ISO 14040 et ISO 14044 qui définissent la méthodologie à suivre pour réaliser une analyse de cycle de vie (ACV). Les résultat ont été vérifiés par un tiers indépendant, l’institut Fraunhofer IZM. On peut donc considérer que ces résultats sont sérieux.


Lire l'article complet sur (l'excellent site) GreenIT.fr

L’Esprimo E9900 est un ordinateur de bureau « standard ». Au total, son empreinte carbone est de 339 kg eq. CO2 :
- Fabrication des composants : 302 kg eq. CO2
- Transport : 34 kg eq. CO2
- Assemblage des composants : 3 kg eq. CO2

Pour être complet, il faudrait ajouter un écran. L’ADEME estime que la production d’un écran plat émet 676 kg eq. CO2. Bien que ce chiffre paraisse aujourd’hui très élevé, cela nous permet d’avoir un ordre de grandeur de l’empreinte globale d’un poste de travail récent : 1015 kg eq. CO2 pour un poste de travail complet.

Patrice


-

2 comments:

i.d & l said...

C'est pourquoi il faut privilégier le matériel reconditionné.
Car en prolongeant la durée d'utilisation de chaque PC produit on réduit d'autant la nécessité de production de nouveaux.
La simple loi de l'offre et de la demande : en réduisant la demande, on influe sur l'offre (donc la production).

Bien entendu, on risque de se confronter à l'obsolescence programmée de ces PC, mais en général pas avant 7, 8 voire 10ans.

Ensuite, il y a l'obsolescence induite par les logiciels, au premier rang desquels trône Windows...
Autrement dit, tout le monde parmi ces industriels a tout intérêt à ce que le marché de renouvellement du parc ne s'essouffle pas, bien au contraire.

Cependant les ressources ne sont pas illimitées, loin de là, et les filières de recyclage sont encore et toujours trop faibles.

En privilégiant l'utilisation de matériels reconditionnés (souvent pas des entreprises/associations à forte responsabilité sociale), associés à des logiciels libres (cd. http://april.org) on s'inscrit CONCRÈTEMENT dans une démarche durable.

RIPOSTE VERTE said...

Merci Manuel,

Nous partageons votre point de vue et vos engagements en faveur du reconditionnement et des logiciels libres (nous utilisons OO, c'est un début !)

D'ailleurs, nous faisons intervenir les Ateliers du Bocage-Emmaüs lors de notre conférence sur la gestion des déchets (qui bien souvent sont , en fait, une matière première !) organisée avec la région IDF (http://www.riposteverte.com/observatoire/conference_debat_dechets.php).

Je découvre votre blog... que je vais suivre avec intérêt.

Bien à vous,

Cyril

Riposte Verte